Jour 55 de notre carnet de bord et « Racisme, le déni français » un article de fond du politiste et Professeur à l’University College London, Philippe Marlière paru dans AOC- [Analyse Opinion Critique]. « L’histoire de la police est l’histoire du maintien de l’ordre social, et non celle de la justice sociale... » y décrit-t-il ajoutant plus loin que « les enquêtes scientifiques qualitatives consacrées à la police montrent que l’on ne rejoint pas la police parce qu’on est raciste, mais une socialisation prolongée dans cette profession fait basculer nombre de policiers dans le racisme. C’est donc bien le milieu policier, avec sa culture et son modus operandi, qui est raciste... »

Philippe Marlière sortira en novembre 2020 aux Éditions Arcane 17 un livre sur le Brexit.

_______________________________________

Racisme, le déni français

Le président de LR, Christian Jacob, affirmait dimanche dernier sur France 5 : « on n’a pas de police raciste, ça n’existe pas ». Pourtant, les sciences sociales ont bien montré ces dernières années la présence du racisme dans la police, et la sociologie électorale indique même un vote majoritaire pour le Rassemblement National chez ses fonctionnaires. Pourquoi alors ce déni ? Il tient au refus de reconnaître la race, non comme réalité biologique bien sûr, mais comme construction sociale qui, de fait, classe les personnes.

Comme son homologue américain, la police française tue par asphyxie les jeunes racisés des classes populaires. Les policiers surarmés qui commettent de tels crimes représentent un danger pour la société dans son ensemble. Les fondements de la démocratie vacillent au risque de s’écrouler quand un système politique permet aux dépositaires de la « violence légitime » de se faire justice, de tabasser, de violenter selon leur bon vouloir.
Dans toute autre profession, de telles fautes lourdes et un tel manque de professionnalisme entraineraient une mise à pied, un licenciement et des poursuites pénales immédiates. La police française serait-elle au-dessus des lois ? À la violence physique vient s’ajouter la violence symbolique : les insultes racistes et les vexations (contrôles au faciès à répétition) font partie du répertoire de la police, une sorte d’atavisme culturel policier.
Les enquêtes scientifiques qualitatives consacrées à la police montrent que l’on ne rejoint pas la police parce qu’on est raciste, mais une socialisation prolongée dans cette profession fait basculer nombre de policiers dans le racisme. C’est donc bien le milieu policier, avec sa culture et son modus operandi, qui est raciste. Le racisme dans la police n’est pas conjoncturel ou accidentel (la thèse toujours dominante des « bavures » de « brebis galeuses »), mais systémique : le système policier est violent et raciste, et forme des cadres qui le deviennent. Il s’agit donc d’un problème politique de premier ordre. On pourrait ajouter que la culture policière en France participe d’un basculement progressif et qualitatif vers l’extrême-droite. Des études électorales établissent qu’une majorité de policiers vote pour le Rassemblement national.

Dans un pays où les autorités politiques s’enorgueillissent de ne jamais parler de race (la République est colour-blind ce qui implique, tacitement, que le/la citoyen·ne typique est blanc·hes), la police apparaît obsédée par la race. Dans un pays où il est interdit de recenser l’origine ethnique des individus (ce qui empêche l’État de mesurer les discriminations dont sont victimes les personnes racisées), les policiers voient partout des « bougnoules », des « négros » et des « youpins ». Refuser de connaître l’ampleur des discriminations raciales en décrétant de manière arbitraire que le citoyen français n’a ni couleur, ni culture, ni religion, ni croyances, est un acte de déni. Ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on fait tomber la fièvre. C’est pourtant ce que l’idéologie de la colour-blindness française fait… au nom de l’antiracisme !
Le daltonisme politique n’est autre que l’expression des privilèges des primo-arrivants : les Français·es « de souche ».
On décrète donc qu’il n’y a ni Noir·es, ni Arabes, ni Asiatiques, mais simplement des citoyen·nes français·es égales et égaux. La police se moque de cette fiction, mais on prétend qu’elle est irréprochable car « républicaine ». Ce déni fait penser au conte de Hans Christian Andersen Les Habits neufs de l’empereur. Tout le monde sait que le roi est nu, mais la vérité ne peut sortir que de la bouche d’un enfant. Qui, dans le monde de la politique professionnelle, osera dire haut et fort ce que nombre de Français·es ont déjà compris depuis longtemps : cet « universalisme » est un mensonge. Ce déni contribue à produire et reproduire la longue chaîne d’actes de discriminations raciales dans la police et au-delà.
Précisons le propos : l’obsession de la race au sein de la police française n’est pas un accident. Elle est le prolongement de la colour-blindness à la française, et de son communautarisme blanc. Ce dernier pose le principe d’une francité blanche, aux vagues racines laïco-chrétiennes, auquel tout·e Français·e doit se conformer pour s’intégrer pleinement à la communauté nationale. En d’autres termes, ce daltonisme politique n’est autre que l’expression des privilèges des primo-arrivants : les Français·es « de souche ». Ce faux « universalisme » est en réalité un nationalisme hargneux. L’extrême-droite ne s’y est pas trompée. Jean-Marie Le Pen lança symboliquement sa campagne présidentielle de 2007 depuis le champ de Bataille de Valmy au nom de la défense de la République. Mais cette fois-ci, l’ennemi n’est plus prussien, mais musulman.
C’est justement parce que « l’universalisme républicain » est francocentré et ethnocentré (autour d’un étalon ethnique blanc), que la diversité ethnique est en France une question sensible, douloureuse et omniprésente dans les conversations. Invisibiliser les cultures qui échappent aux « normes » françaises moyennes est un acte violent de négation de l’autre ; des minorités en l’occurrence. La non-reconnaissance de la diversité n’est pas apaisante. Elle est au contraire synonyme d’inégalités et de tensions constantes entre les populations.

La période de confinement a projeté un éclairage cru sur les pratiques discriminatoires de la police à l’encontre des populations racisées dans les zones urbaines pauvres. La police a contrôlé de manière pointilleuse et arbitraire des personnes qui, pour des raisons professionnelles (travailleurs essentiels) ou sanitaires (logement en HLM exigus), avaient, plus que toutes autres populations, de bonnes raisons de se trouver sur la voie publique. Pendant deux mois et demi, l’arbitraire de la police, ses violences racistes, ont atteint des niveaux inégalés. Personne ne s’en étonne au demeurant puisque le confinement fut une période de restriction générale des libertés publiques.
Le refus de reconnaître la race, non comme réalité génétique bien sûr, mais comme construction sociale qui classe les personnes qui nous entourent et qui nous classe en retour, ouvre la porte au racisme le plus cru et débridé. Car lorsque nous nous promenons dans la rue, nous voyons effectivement des Noir·res, des Arabes, des Asiatiques, et des Blanc·hes. On me perçoit comme homme, d’âge mur et bourgeois, mais on me perçoit aussi comme Blanc caucasien. Un Blanc caucasien (quelle que soit sa classe sociale) a le privilège « d’oublier » qu’il est blanc.
Les populations racisées le sont parce qu’on leur rappelle quotidiennement dans les interactions sociales (quelle que soit leur classe sociale par ailleurs) qu’elles ne sont pas blanches. Parler de la race comme construction sociale n’est donc pas « raciste » comme le proclament nos faux « universalistes ». C’est simplement tenter de comprendre le monde, non à partir d’abstractions théoriques, mais tel qu’il est dans la tête des gens. Inversement, nier que nous utilisons toutes et tous des taxinomies raciales dans notre perception du réel, est un déni qui nous rend insensible aux discriminations racistes. Ce déni est un racisme indirect et souvent inconscient.

L’histoire de la police est l’histoire du maintien de l’ordre social, et non celle de la justice sociale.
La France est ce pays « universaliste » où l’on débat interminablement du racisme dans les médias sans pratiquement jamais donner la parole aux personnes qui sont en premier lieu concernées par celui-ci : les racisé·es. Quand celles-ci parviennent à s’exprimer et disent qu’elles ont peur de cette police violente et raciste, les foudres du ciel s’abattent sur elles. Le ministre de l’Intérieur et les syndicats de policiers les menacent, et le chœur des commentateurs (blancs) s’étrangle d’indignation : « Inouï ! », « Incroyable ! », « Quel culot ! », « Nous sommes un pays universaliste, la police ne peut donc être raciste comme aux États-Unis, pays communautariste », etc. Le discours « universaliste » est bien connu. Sa généralité et sa vacuité ne cessent d’étonner. Jamais les défenseurs de ce catéchisme « universaliste » à la française ne répondent aux objections dans le fond.
En quoi un système qui tolère une police violente et raciste, qui pratique la ségrégation raciale en matière de logement et d’emplois, qui méprise la diversité culturelle, qui recommande pesamment à des musulmanes émancipées de ne pas porter le hijab, peut-il se considérer le phare de l’humanité en matière de droits humains ? L’histoire de la police est l’histoire du maintien de l’ordre social, et non celle de la justice sociale. En Europe, la police fut créée pour se prémunir des « fauteurs de trouble » : les vagabonds, les prostituées, les bandits ; puis pour protéger les institutions de l’État et les intérêts du Capital. Aujourd’hui, les « fauteurs de trouble » sont les populations racisées. La police nationale fut créée par le maréchal Pétain en 1941. Elle participa de manière zélée et décisive aux rafles des Juif·ves pendant l’Occupation.
En octobre 1961, Maurice Papon, préfet de police à Paris, ordonne le massacre d’Algérien·nes qui manifestent à Paris. Le même Papon fut secrétaire général de la police à Bordeaux sous le régime de Vichy et déporta des Juif·ves. La police française n’a jamais exprimé le moindre regret pour ces crimes, il est vrai couvert par les gouvernements français de l’époque. En 1925 est créé le Service des affaires indigènes nord-africaines au sein de la préfecture de Paris. Elle dispose d’une brigade nord-africaine qui a pour mission de contrôler et de réprimer les Algériens qui résident en France. Ce service sera rétabli en 1956 au sein du ministère de l’Intérieur.
C’est bien la même logique de contrôle des populations indigènes (françaises) qui continue de prévaloir aujourd’hui, avec la mise en place de la BAC (Brigade anti-criminalité), police d’exception, mise en place en premier lieu en Seine-Saint-Denis dans les années 70 (les Brigades Spécialisées de Terrain ou BST, des unités composées de policiers en tenue ont été créées en 2010 par Brice Hortefeux, pour intervenir dans les quartiers dits « sensibles » en milieu urbain). Les politiques dites « d’anticriminalité » reposent sur l’idée que les contrôles discrétionnaires de la police en « zones sensibles » permettront de prévenir ou de régler les conflits. Abandonnant les pratiques de la « police de proximité » au profit d’une « police du chiffre » (flagrants délits, arrestations pour délits ou crimes, contrôles d’identité, etc.), cette police de plus en plus armée est coupée du terrain paupérisé dans lequel elle intervient.
Les politiques répressives de la police et la conception néocoloniale du rapport de force avec les populations racisées (qui sont des citoyen·nes français·es dont les parents sont originaires de pays colonisés par la France) sont l’exception en Europe. Dans nombre de pays européens, les politiques de maintien de l’ordre (Allemagne, Scandinavie, Royaume-Uni) insistent sur une police de proximité, qui connaît le terrain et les populations contrôlées. La France ne se rend pas compte à quel point l’image de sa police est désastreuse à l’étranger. Les millions de touristes qui viennent en France sont souvent choqué·es de voir ces policiers-Robocop dans les rues des villes, mine patibulaire et arme à la main. Ce spectacle est en effet peu rassurant et, surtout, inacceptable. Ces policiers ne sont pas là pour protéger la population, mais pour l’intimider.
Une police répressive et raciste comme l’est la police française n’est pourtant pas une fatalité. Pour que les choses changent, il faudrait que le monde des professionnels de la politique veuille la réformer. Ni la droite, ni la gauche n’ont hélas cette volonté. (Notons que la gauche n’a mené aucune politique antiraciste d’envergure depuis SOS-Racisme dans les années 80 ; un mouvement qui fut d’ailleurs loin d’être exemplaire). L’univers de la Ve République est saturé de culture bonapartiste et autoritaire : critiquer la police, la remettre en cause, ce serait s’attaquer au pilier central de l’État régalien. Pour mettre un terme à cette longue injustice, la France doit commencer par rompre avec son attitude de déni vis-à-vis des violences et du racisme dans la police.